Etre une campagnarde, mode d’emploi

Salut toi, foule en délire. Aujourd’hui je te parle de mes choix de vie et je te préviens tout de suite, ça va pas sentir la paillette.

Déjà, faut que je te dise que je suis une fille de la ville. Jamais connu autre chose que le béton. Une vraie de vraie, une tatouée « I born to be wild… dans la jungle urbaine ». Quand j’ai rencontré »my love » (=mon mec, tu auras compris), je vivais donc en ville. Logique, la fille. Et là, tu vas pas me croire mais le chéri il était comme qui dirait allergique au gaz des pots d’échappement et aux bruits de la ville.

Je me suis donc retrouvée à vivre dans un endroit chelou dont j’ignorais tout : LA CAMPAGNE.

C’est donc dans un bled avec des champs, des vaches, des voisins qui ont des poules et des coqs et une école qui ressemble à une photo des années 50, que je vis depuis 7 ans. Et là, je t’entends dire « Ben, ouais et alors ?« . Et bien, figure toi que ce monde a aussi ses codes…. et là, accroche toi, on va se marrer.

Quand tu vis à la campagne :

– Tu oublies qu’il existe une vie après 19h30 18h30. Donc tu prévois le kit de survie parce qu’au cas où tu aurais faim, soif ou envie de sortir, ben faut que tu prennes ta caisse et que tu fasses 40 bornes ma cocotte.

– Tu oublies que tu aimes la mode. Parce que si tu penses que tu vas parler fashion avec tes voisines, tu te fourres sévèrement le doigt dans l’oeil. Faut que tu saches que le tiers des femmes de ton village, celles qui ont entre 20 et 40 ans (les 3/4 ont entre 40 et 92 ans) s’habillent chez Jacqueline Riu et Patrice Bréal (Les plus fashion, chez Jennyfer). Tu vois le niveau. Genre les meufs elles pensent qu’Isabelle Marant et Vanessa Bruno c’étaient tes copines de classe quand t’étais au collège.

– Tu oublies l’anonymat. Dans un village, tu es comme Tatie Brigitte dans une réunion de famille : TOUT LE MONDE TE CONNAIT. Donc, tu évites d’aller chercher ton pain avec ton vieux jogging et l’oeil vitreux sauf si tu veux mettre 300 litres d’eau dans le moulin des commères qui vont t’inventer une vie de strip teaseuse alcoolique qui abandonne ses enfants à la DDASS.

– Par contre, tu n’oublies pas que dans un village, il faut saluer tout le monde même si tu ne connais pas la personne que tu viens de croiser. Parce que elle, elle te connait forcément. Elle a déjà parlé de toi avec Mme Vigneule parce qu’elle t’a croisée un jour dans la salle d’attente du médecin et même que « t’es une fille pas nette parce que tu vas chez le médecin avec des hauts talons« . Alors, si en plus, tu dis pas bonjour dans la rue, t’es foutue pour toujours, cataloguée « pff, encore une fille de la ville qui se prend pour la reine d’Angleterre« . Une morue. T’es fichue.

Voilà, la prochaine fois, je te raconte à quel point la campagne c’est trop du bonheur. Tu vas adorer.

>;>;>; les photos viennent tout droit de mon compte Instagram (vi_v_vi). Photo 1 : je te présente Marguerite, notre tondeuse écolo. Photo 2 : quand je cueille des fraises sauvages dans mon jardin #appellemoiCarolineIngalls. Photo 3 : un bout de mon jardin au printemps. Et là, j’avoue c’est cool !!!!

Publicités

5 réflexions sur “Etre une campagnarde, mode d’emploi

Questions, avis, commentaires : ici, c'est chez vous !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s