Je suis une mère optimiste. Tant pis pour ma pomme !

Aujourd’hui je te livre une déclaration d’amour que j’ai envie de faire à mes enfants montres gentils. Juste parce qu’ils sont super forts pour me faire vivre des choses dingues. Même ma cervelle de rêveuse invétérée n’arriverait pas à inventer ce genre de scénarios (et heureusement d’ailleurs sinon je pense que j’aurais fais l’impasse sur l’arrêt de la pilule en fait).

photo3La vérité est écrite sur les tee-shirt des enfants ! (c’est « sunshine », le dernier mot!!!)

Je vous raconte la raison de ce cri d’amour qui explose en moi depuis samedi ?

  • Contexte : week end + temps de merde + enfants en mode « j’ai mis du Red Bull dans mon biberon ce matin »
  • Solution : emmener les monstres faire du shopping en leur promettant une super surprise après (> 2h dans parc de jeux « couvert »)

Jusque là, j’étais toute fière de moi. J’allais pouvoir faire d’une pierre 3 coups. Les occuper, remplacer leurs chaussures et leur faire plaisir.

Je suis une maman optimiste. Beaucoup trop, en fait.

J’arrive donc toute pimpante avec les monstres sous le bras à la Halle aux shoes en plein samedi après midi. Rien ne me fait peur. Rien ne peut m’atteindre. Je suis une maman-warrior.

Au bout de 3 minutes et 40 secondes, j’avais déjà fait 15 fois le tour du magasin, ramassé 163 boites de chaussures renversées par mon adorable blondinet de 20 mois qui venait de découvrir un jeu absolument génial consistant à foncer dans les piles de boites de chaussures pour les voir s’écrouler comme un château de cartes. Ce qui faisait évidemment pleurer de rire son frère de 3 ans…. ce qui avait pour effet de décupler les capacités du mini-bulldozer en herbe.

Au final, j’ai quand même réussi à leur faire essayer les chaussures que j’avais repérées sur le net en évitant tant bien que mal les cris de désespoir de mon plus grand qui hurlait « je veux pas celles là. Elles sont pas belles. Je veux les chaussures Spiderman !!!!!!!!!!!!!!!! ».

Je passe sur le moment de grande solitude que j’ai vécu à ce moment là. Quand l’un de tes gosses hurle à la mort et que l’autre retourne le magasin l’air de rien et en se marrant.

En sortant, j’étais sur le point de pousser un grand ouf de soulagement quand l’alarme du magasin s’est mise à gueuler. Mais rien de grave, c’était juste mon mini-bulldozer qui était en train de voler sa première paire de chaussettes.

Sinon, côté achat, c’etait « bonne pioche » (lot de consolation). Avec deux paires de baskets très choupinettes tant au niveau du look que du prix.

Je suis donc repartie avec ceci pour le mini-bulldozer. A shopper en ligne ici si ça t’interesse et que tu n’as pas une halle aux shoes à côté de chez toi (quelle tristesse !)photo

photo(1)

Pour le plus grand, je n’ai pas réussi à retrouver le modèle sur le site (non, je ne suis pas une cruche. la vérité, c’est que je lui ai vraiment acheté les baskets Spiderman pour qu’il arrêter de hurler et j’ai juste un peu honte de l’avouer ). Et puis, je n’ai pas de photo potable à te montrer (tu me diras, les autres ne le sont pas non plus mais au moins, on devine un peu à quoi ressemble la shoes).

Prêt pour passer à l’acte 2 de l’après midi de bonheur ?

Direction « Caval’Kid », un parc de jeux couvert donc. En arrivant je me dis que je vais pouvoir lâches les monstres dans la salle et me reposer un peu, histoire de remettre de mes émotions de la séquence « Halle aux shoes ».

Je suis une maman optimiste. Vraiment trop.

Dans cette immense salle de jeux pour enfants, il faut savoir qu’il y a 2 espaces. Un pour les « petits » et un pour les « grands ». Evidemment la chance était avec moi. mes enfants sont exactement à ces âges où l’un est un « petit » et l’autre un « grand ». Mais pas grave, je décide de laisser le grand jouer dans son coin sans surveillance pour me consacrer à celle du petit. En théorie et dans mes rêves, c’était une bonne solution. Sauf que lorsque le petit a repéré que son frère s’éclatait comme une baleine sur un jeu de luge, il a voulu aller jouer avec les « grands ». Un endroit pas du tout adapté à lui donc mais dont il était tout à fait hors de question de lui refuser l’accès étant donné ses cris hystériques quand j’ai voulu le ramener dans l’aire de jeux des petits.

Voilà donc mon petit bonhomme de 20 mois au milieu d’une horde d’enfants de 3 à 6 ans complètement déchaînés. Au bout de 5mn, il hurlait et j’ai donc du entrer dans l’arène pour aller le rechercher. Il m’a donc fallu retirer mes chaussures pour entrer dans le château fort en mousse avec filets d’escalade, piscines à boules et toboggans incorporés.

photo4

Moment de solitude n°2…. quand je me suis rendue compte que tous les parents tranquillement assis en train de siroter un coca ligth étaient en train de se foutre de ma gueule parce que j’essayais tant bien que mal de récupérer mon gamin coincé en haut du château fort. Pour cela, il m’a fallu escalader tant bien que mal cette saloperie de château fort de merde (adapté aux enfants de moins 1m20 donc… je ne te fais pas un dessin sur les contorsions que j’ai du faire pour faire entrer mon 1m70 dans les tunnels et escaliers en mousse…) pour redescendre ensuite par le toboggan tunnel et aterrir dans la piscine à boules. Joie et bonheur.

Autant te dire que j’ai adoré. Merci les enfants. C’est fou comme je vous aime le samedi après-midi.

En plus, je me suis explosée le genou.

Je suis une maman optimiste qui adore ses enfants et qui a le genou en vrac donc.

La prochaine fois, je te raconte comment mon amoureux me fait hurler de rire (en vrai) quand il m’appelle au boulot pour me demander si pour faire l’amour, il faut qu’il prenne rendez-vous. J’avais envie de lui répondre « Ben, samedi j’peux pas, j’ai Caval’Kid ! ».

Publicités

3 réflexions sur “Je suis une mère optimiste. Tant pis pour ma pomme !

Questions, avis, commentaires : ici, c'est chez vous !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s